Les péripéties de Miss Docteure de Ouf

← Retour au journal

juin 2019

#12/ « Le Chibrostore » 

Nous nous enfilames donc dans la fameuse ruelle qui était somme toute difficile à localiser, et la boutique spécialisée se trouvait dans une arrière cour un peu glauque, surtout à la tombée de la nuit. Le chibrostore était installé là depuis longtemps et était tenu par un vieux pervers qui draguait toutes les nouvelles clientes. Il avait l ‘oeil lubrique et profita de mon arrivée pour me détailler de façon malaisante , j’allais pour donner un coup de coude à Sachenka pour qu ‘elle s ‘en aperçoive, mais cette dernière était déjà partie en repérage,me (...)

#13/ La mere Guedin

Un matin que je sortais de mon garage, je suis tombée sur une cintrée, laquelle je compris vite avait RV avec Sachenka, car précisément elle s ‘ était égarée et trompée d ‘immeuble. Alors que j’allais prendre l ‘ascenseur, du temps qu’il descende jusqu’à moi, j ‘entendais bien du bruit dans la cabine, pensais qu’il était plein à craquer, redoutant meme de devoir monter avec des inconnus en si grand nombre dans un si petit espace, je ne compris pas qu’une seule personne en sortit, alors qu’il ne fit aucun arrêt. Je me suis dite, que la personne devait (...)

#14/ La ThéraPIRE de groupe

Sachenka avait monté un petit groupe de thérapie pour les personnes isolées, et elle choisissait scrupuleusement ses participants en fonction de leurs comptabilités de profils. C ‘est ainsi que Kev Burger puis Terminator , Mme Cécoin et Mr Bizar se retrouvèrent catapultés là au milieu sans vraiment l ‘avoir désiré, mais ayant compris tout l ‘intérêt de trouver là une formidable occasion de rencontres. Une cinquième participante avait été ajoutée, Mll Zguegue afin que Cecile Cécoin ne fut pas seule. Sachenka avait baptisé le groupe « Les Tender » en référence à (...)

#15/ Terminator

Terminator en mode « frimer « ,pris la parole sans hésiter et nous raconta comment il était devenu accro à la musculation, après avoir été accro au sexe, et comment finalement toute sa vie il avait entretenu un certain rapport à « la viande » qu’elle fut humaine ou non. On dit que l ‘enfance présage souvent de la suite, mais dans son cas c ‘était une évidence. . Tout petit déjà, il fréquentait l ‘arrière boutique de la boucherie familiale, où des têtes d ‘animaux sauvages telles des trophées, étaient exposées le long des couloirs. Il avait aussi accès aux (...)

#16/ Komcé Bizarr

L ‘heure était avancée, parce qu’il en fallut du temps à ce cher Terminator pour se raconter,ne nous permit d ‘écouter que de manière écourtée Mr Komcé Bizarr, qui semblait perdu dans les carreaux de son pantalon. Je l ‘aperçus piquer un roupillon à un moment. Sachenka sortit alors quelques cigares personnalisés et en proposa au groupe qui n ‘avait encore pas fait de pause. Elle savait aussi que Bizarr se lâchait plus avec un joint dans le nez. Quant à moi je fumais mon Amsterdamer sans déroger, si bien que le bureau fut vite saturé en fumées diverses, déclenchant (...)

#17/ Un vent de Zéfir

Bizarr décrocha malgré que le numéro lui était inconnu, et une voix masculine à l ‘accent soviétique fortement prononcé se fit entendre. « Bonjour Monsieur?C ‘est pourquoi svp? » commença Bizarr « Madame de Oufskov à l ‘appareil je vous prie! Je crois que votre chat se trouve chez moi, mais il a eu un petit soucis avec mes cactus en jouant les acrobates volants... » Bizarr croit à une blague d ‘abord en entendant la voix rauque et virile de Oufskov, puis se ravise et s’ excuse comprenant qu’il s ‘agissait de Zefir. « oh pardon, heu.... donc vous avez mon chat?? (...)

#18/ Cécile Cécoin

Cecile Cécoin......s ‘était coincée le dos en venant au rv de groupe, habituée des lumbagos, elle ne se baissait plus trop, et comme elle était filiforme, et droite comme un « I » , elle paraissait tres fière. Elle avait écumé tous les médecins, kinés, ostéos du coin avant d ‘atterrir chez Sachenka, mais manifestement plus personne ne pouvait rien pour elle. Son dos était en bon état mais elle était si tendue en permanence, qu ‘elle se bloquait souvent. Son docteur l ‘avait expédiée illico en analyse. Du coup elle avait un traitement de myorelaxants tres costaud, (...)

#19/ Dame Dudoute et Fantomas

Sachenka me passa donc un coup de fil après sa séance avec Cécoin, car elle voulait aller se dégourdir les gambettes. Elle me dit » Alors la Mère Dudoute, on se fait une petite balade au bois? » Comme j ‘hésitai entre ça et faire quelques courses dans l ‘espoir d ‘apercevoir Fantomas, l ‘élu invisible de mon coeur, elle trancha devant mon ambivalence temporaire, et je me preparai à la hâte, enfilant une tenue de bois. Je pouvais passer des heures à hésiter entre deux choses jusqu’à épuisement, désirant autant l ‘une que l ‘autre, dans un cycle sans fin qui (...)

#20/ Hystère O. et Kev Burger

Avec Sachenka, nous avions nos chouchous parmi les patients. Kev Burger était plutôt le mien et Hystere O celle de Sachenka. On peut dire que Kev Burger était sacrement beau gars, pour autant il cachait quelques failles dans sa planche de surf, qu’il cherchait à colmater. Cela n ‘avait pas échappé à Hystere O. qui eut un coup de foudre pour lui lors de cette première séance de thérapiRe de groupe, et qui s ‘échina par la suite à vouloir le comprendre, le combler, cherchant par quel désir il était animé et s ‘y identifiant malheureusement souvent à coté de la (...)

#21/ Cake de l ‘espace

Sachenka en prévision d ‘une semaine de travail bien chargée, se prépara un bon petit gâteau enrobé de chocolat médical à THC modéré. Pour ce faire elle avait fait venir un confrère Hollandais le temps d ‘un WeeDkend, qui répondait au doux prénom de FUNSKE. Ils étaient amis depuis leurs études, ils s’étaient rencontrés au cours d ‘un échange scolaire et avaient gardé une correspondance hallucinante à base de LSD et autres processus créatifs chimiques issus de laboratoires clandestins. Sachenka me raconta qu ‘elle resta perchée durant un trip d ‘une (...)

#22/ Funkste me

«  Goedemorgen  Funske » lui dis je , fière de mes quelques rudiments de hollandais.... ce qui me faisait penser à l ‘allemand, langue dans laquelle j ‘excellais étant données mes origines franc-comtoises et mon accent local appuyé. «  hajhajha OKé «   ria t il, découvrant ses dents carrées façon Ken de Barbie. Sachenka qui en avait ras le bol de m ‘entendre me plaindre de Fantômas, s ‘arrangea pour me laisser un court instant avec Funske, espérant bien un rapprochement ultérieur... Nous decidames de parler par signes quand le vocabulaire manqua... (...)

#23/ Cocoboy

C ‘est alors que s ‘avança un policier tout de barbe rousse vêtu, demandant à sa collègue si tout se passait bien, mais la policière qui répondait au doux prénom de Véra, lui dit des choses insensées classées X, ce qui lui permit de comprendre qu ‘elle n ‘était pas dans son état normal. Max Lamenasse qui était assis mais toujours tres agité fut contraint de passer dans le bureau voisin, afin de permettre à Vera de reprendre ses esprits pour le moins tétrahydro-cannabinés. Le cowboy à barbe rousse, à qui seul un Stetson faisait défaut, demanda donc à (...)

#24/ Space Saucer

Je proposai au Weed-équipage, de prendre la tangente en pleine nature, direction une partie de pêche sur un lac du coin, où je stationnais ma barque en permanence. Ils se réjouirent de mon idée, et tous trois nous savions que personne ne viendrait nous déranger dans notre weed - barque au milieu de l ‘eau. Je venais juste de la goudronner et elle n ‘attendait que nous pour être remise à l ‘eau. Toute en bois, avec de superbes rames, je l ‘avais héritée de mon père et de mon grand-père qui m ‘avait formée à la pêche en eau douce. Brochets, sandres, carpes, (...)

#25/ Pas le grand Monarque

Si certains se complaisaient à raconter sur internet leur rencontre et sympathie pour les aliènes, je n ‘en faisais pas partie. Avec Sachenka nous étions du reste abonnées à la chaine de cet illuminé fort sympathique du reste, qui se faisait appeler de tout un tas de Superlatifs dont la mysticité révélait le caractère quelque peu pathologique. Je trouvais qu’il ressemblait à Mister Crusty des Simpson, et combien de fois avions nous ri en l ‘écoutant , nous demandant si la dilatation extreme de ses pupilles était bien naturelle ou médicale, voire paramédicale . (...)

#26/ Dépouille cervidée

Finalement l ‘orage avait poursuivi sa route sans nous importuner, et nous profitames de ce diné à la belle étoile. J ‘avais emporté mon barbecue électrique, et quelques saucisses aux herbes bien de Provence cette fois, firent l ‘affaire. Nous parlames de la Hollande que je ne connaissais pas, et Funske promit de nous inviter l ‘été arrivant sur sa péniche autonome, afin de prendre quelques cours de permaculture à bord. J ‘avais une vision étriquée de ce pays, entre les moulins, les tulipes,mais aussi les coffee-shop, et les célèbres vitrines du quartier Rouge d (...)